Symbolique des Arcanes majeurs

I. Le Bateleur

Le message essentiel est l'identité du monde d'en haut et du monde d'en bas. La carte met l'accent sur la nécessité d'un ordre, d'un équilibre dont le néophyte doit se pénétrer avant de s'engager sur le chemin de la connaissance. Renversée elle peut indiquer que ce dernier se trouve devant une situation qu'il ne contrôle pas, qui le dépasse et qu'il ne dominera que lorsqu'il sera devenu une personne autonome, adulte, capable de se protéger par l'illusion, avec une personnalité formée, habile aux jeux psychologiques.

II. La Papesse

Son livre est l'oracle que tous peuvent consulter alors que derrière le voile se cachent les mystères de l'initiation. Cette carte n'est pas un enseignement offert mais un message dont il faut forcer le sens. Elle ne s'adresse pas à l'esprit mais au coeur, aux sentiments. Sous ses aspects dangereux, elle est la prison des sens, une émotion ou une accoutumance fatales, une possession vampirique.

III. L'Impératrice

La Papesse était une figure nocturne et secrète, elle était le mystère de la création; l'Impératrice est, elle, lumineuse, ouverte. Elle est la gestation créatrice, elle ne se cache pas. Elle est la Mère, alors que la Papesse était l'Amante. Les qualités de cette carte sont la prudence et l'entêtement, l'exaltation de la vie et l'intelligence raisonnée. À l'envers, cette carte nous parle de froideur ou de vanité, de pose affectée.

IV. L'Empereur

Pour les alchimistes, il est la Voie sèche, rapide, brûlante, alors que l'Impératrice était la Voie humide, lente et douce. L'Empereur est une force vive, impulsive, dynamique, un guerrier qui lutte mais moins dans l'espoir de vaincre, que parce qu'il y est poussé de par sa nature.

V. Le Pape

Il représente la nature double de l'homme, pas simplement l'homme spirituel et l'homme matériel mais toutes les dualités possibles que nous pouvons contenir: double vie, aspirations contraires, personnalités éclatées. Le message de la carte est: quel que soit le chemin que l'on choisit, il faut apprendre à connaître ce qui nous convient.

VI. L'Amoureux

À son niveau le plus simple, la carte nous dit qu'il vaut mieux s'engager dans une voie incertaine que d'être paralysé par l'indécision. Les armes de l'ange représentent les dangers de l'immobilisation. Les deux femmes sont autant les deux faces d'une même vérité, une dualité qu'il faut dépasser ou encore deux routes qui se croisent. La part du destin et la part du choix sont intimement mêlées. La carte parle d'unité, elle nous met en garde contre l'emportement, contre les impulsions incontrôlées.

VII. Le Chariot

Carte de chance et de triomphe, ce succès ne se fait pas sans mal. Cette carte parle d'unité dans le combat, d'efforts conjugués pour vaincre l'adversité, de la victoire après une lutte acharnée. La carte évoque aussi l'idée d'un guide, d'un chef, d'une direction. Celui qui suit le char du Prince voit rejaillir sur lui une partie de la gloire. Le char nous parle aussi de réussite, d'évolution, de purification. Celui que s'identifie avec son maître travaille pour le progrès et verra ses efforts récompensés.

VIII. La Justice

Cette carte nous parle du contrôle qu'il faut pour croître, de l'équilibre nécessaire à la bonne marche des choses. La Balance évoque moins l'idée de Justice que celle d'Équilibre. La carte nous dit qu'il ne faut pas se leurrer: la justice comme l'injustice font partie de l'ordre du monde. L'un ne vient pas sans l'autre. À l'envers ou en mauvaise position, cette carte est: danger de médiocrité, formalisme excessif, danger de froideur, stagnation.

IX. L'Ermite

La carte est rattachée au problème du temps. Sur les cartes anciennes (Tarot de Charles VI), la lanterne est un sablier. La lanterne implique la nuit, sa flamme vacillante est une dernière lumière au sein des ténèbres. Elle est un phare vers lequel on peut se diriger, une vérité essentielle préservée, un idéal. L'Ermite est la tradition, l'héritage, le passé riche et rassurant. La carte conseille une retraite prudente contre l'adversité, une attente pour des circonstances plus favorables.

X. La Roue de la Fortune

La Roue est l'image traditionnelle du destin aveugle, mais aussi de la vie, de la chance et du temps. Nulle main n'actionne la manivelle car le mouvement de la Roue ne peut être contrôlé. La Volonté Céleste, Mystérieuse peut apporter d'apparents malheurs aux termes desquels se trouve la félicité.

XI. La Force

La carte ne suggère pas une action violente mais au contraire une utilisation rationnelle et calculée de la force. La puissance féminine, idée retrouvée tout au long du Tarot, est bien plus irrésistible que la vigueur brutale. L'Arcane XI est moins la force que l'intelligence. Elle suggère de ne pas annihiler les pouvoirs de l'ennemi mais de les mettre à son service. Elle affirme que toutes les énergies sont précieuses et qu'aucune ne doit être gaspillée. Elle est enfin le pouvoir de la non-violence, le pouvoir persuasif de la douceur.

XII. Le Pendu

Cette carte représente une souffrance consentie, que l'on s'inflige pour qu'advienne un futur meilleur. Ce n'est pas un renoncement total de ses convictions mais une concession, une petite perte pour de plus grands gains. Sur le plan divinatoire, la carte évoque un sacrifice à faire ou un risque à prendre. L'Empereur tirait son pouvoir du feu, le Pendu est à présent exposé au feu, traité et purifié par le feu.

XIII. Arcane Sans Nom

La lame XIII nous parle d'une épreuve par laquelle il faut passer. Elle n'annonce pas particulièrement un décès, mais plutôt un changement, un bouleversement, la fin d'un cycle et le commencement d'une ère nouvelle. Le changement peut être brutal, voire radical mais certaines nécessités si douloureuses soient-elles peuvent être bénéfiques. Une des têtes tranchées de l'Arcane est couronnée. Cela indique que la mort ne fait pas d'exception ni de faveurs. Elle s'est aussi coupé un pied dans son emportement à faire table rase, à faire le vide autour d'elle des anciennes valeurs. L'arcane XIII ne présente de dangers que si son sens profond n'est pas saisi.

XIV. La Tempérance

Les trois conseils de la carte sont modération, équilibre et prudence. L'image des deux vases parle de synthèse, de réconciliation, de changement bénéfique. Les deux vases de couleurs opposés indiquent à certains l'union de deux corps de sexe différent. D'autres voient dans les gestes de la femme ailée l'accomplissement d'un rite et en déduisent l'observance des règles, un conformisme ou un esprit pacificateur.

XV. Le Diable

L'idée générale de la carte est que la fin justifie les moyens. Elle nous parle d'instinct plutôt que de raison. Elle n'est ni bonne ni mauvaise mais peut mener à tout. L'épée sans manche montre les dangers des gestes non réfléchis. Tout comme la Magie qui est aussi une arme à double tranchant, elle ne peut être employée que si l'on dispose des connaissances requises. Mal employée et elle peut produire l'exact contraire de l'effet désiré. En mauvaise position ou renversée, cette carte indique l'asservissement, l'utilisation de moyens peu avouables, un secret que nous portons comme des chaînes.

XVI. La Maison-Dieu

La carte nous parle d'un temps où l'on doit renverser l'ordre établi, faire table rase des conventions et des idées reçues, des institutions périmées. La culture, l'éducation, le milieu social et même la famille et la maison peuvent être des chaînes dont il faut savoir se libérer. Mal située dans un jeu, cette carte peut signifier une catastrophe imprévue, des ambitions punies, un châtiment ou des risques inconsidérés.

XVII. L'Étoile

La carte présente des rapports évidents avec l'Arcane XIV (La Tempérance) dont elle est la continuation. Cependant, les vases de la Tempérance étaient différents alors qu'ici ils sont identiques. La jeune femme a perdu ses ailes et ses vêtements. L'eau n'est pas transvasée mais versée dans une rivière. La nudité, l'agenouillement sont des signes d'humilité. Elle ne cherche pas la gloire ni la reconnaissance et donne son eau de son plein gré. L'image est celle de la parfaite réalisation, de l'union avec le cosmos. L'Arcane XVII évoque une chance innée, une nature heureuse et bonne. Dans ses plus mauvais aspects, elle est danger de solitude, de superficialité et de gratuité.

XVIII. La Lune

La Lune de l'Arcane XVIII fait pleuvoir sur la terre une rosée abondante. Presque toutes les mythologies associent la Lune à la déesse de la Fertilité. La Lune inspire toutes sortes d'enfantements: elle est l'instinct reproducteur, la Muse des artistes et des poètes, l'inspiratrice et la Force des devins et des inventeurs, la sensibilité, l'intuition et le rêve. Elle est aussi la carte des fous et des illuminés. C'est l'Arcane des chercheurs désespérés auxquels le Destin promet une réussite sublime ou l'aliénation... ou les deux à la fois.

XIX. Le Soleil

Aux couples Papesse et Pape, Impératrice et Empereur succède le couple Lune et Soleil. Les deux premiers étaient terrestres, celui-ci est céleste. La carte nous parle d'harmonie solaire, d'union des hommes, de culture et de civilisation. La manne représente la paix, l'équilibre et l'amour. Le mur représente la volonté des normes de délimiter, de rationaliser. Mal située, cette carte représente aussi la sécheresse, la mort et la pauvreté. Le feu solaire consume autant qu'il donne la vie.

XX. Le Jugement

Le Jugement signifie la fin de nos problèmes, que la libération, la victoire ou le succès sont proches. Il évoque également la notion d'une justice immanente ou d'un règlement de compte. La carte parle de faire le point, de mettre ses affaires à jour, de payer ses dettes. Elle prévoit le terme d'une maladie, d'un litige ou d'une brouille. La carte peut aussi invoquer une aide extérieure, la présence de personnes qui nous veulent du bien ou encore le pouvoir de la magie. Cette réunion est une réalisation à trois niveaux: alliance du corps, de l'esprit et de l'âme. Le sens divinatoire est alors: succès dans toute entreprise, examen passé sans encombre, etc.

XXI. Le Monde

La carte est rarement de mauvais augure. Elle évoque un paradis retrouvé, un accomplissement, une totalité. Les personnages des coins, inscrits sur une roue, sont l'unité et le mouvement de l'univers, image du temps ou de la création, le départ d'un nouveau cycle.

--. Le Mat

Le mat est le symbole ironique de la destinée humaine, de nos désillusions et de nos errances. Sa folie n'est pas un mal, elle lui permet simplement de supporter les coups du sort, les épreuves et les peines. Le Mat est armé d'un bâton, symbole de sa ténacité et de son courage. Le baluchon représente le poids de ses expériences, de son passé, son savoir. La leçon du Mat est faite d'humilité et d'humour, de patience, d'amour et de courage.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×